Harold Hermann : À propos

 

« Une envie de vêtir l’idée d’une forme sensible »

Harold Hermann est un artiste au parcours singulier, qui a su faire évoluer son art et son rapport à la réalité. 

Il débute sa carrière de photographe par des reportages à travers le monde, avec l’envie de capter sur le vif, de saisir des instants de beauté et de poésie. 

Nourri par le théâtre, la philosophie, la peinture anglaise de la fin du 19ème siècle et l’esthétisme victorien, Harold quitte le répertoire du témoignage naturaliste pour aborder la création de tableaux photographiques. Tel un artiste peintre ou un metteur en scène, il pense et construit un scénario illustrant des thèmes qui lui sont chers : l’Amour, la Liberté, l’Humanité, la Vérité.

À CORPS ÉCRITS, sa première série, met en scène des portraits intimistes. Harold Hermann emploie des cadrages rapprochés, jouant sur l’éclairage pour estomper les détails et obtenir des effets de clair-obscur, prêtant à ses images une dimension profondément mélancolique. 

Avec ses compositions LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ, puis AMOUR, Harold s’inscrit définitivement dans l’univers symboliste. S’éloignant d’une représentation naturaliste, et tentant de contourner les apparences qui sont parfois trompeuses, ce recours à l’esthétisme symboliste lui permet d’explorer la vérité profonde de l’être humain. Il convoque pour se faire, métaphores, personnifications, personnages archétypaux et symboles plus ou moins dissimulés.

Récemment, son travail sur la série HUMAINES nous invite à une réflexion sur notre volonté de dissimuler notre chair animale primitive et brute au profit d’une humanité à l’esthétique bienséante, culturellement admise, faite d’ornements, d’apparats et de faux-semblants. Cette série met en évidence le paradoxe de notre rapport au monde animal, souvent source d’inspiration dans l’art, mais dont nous, humains, tentons au quotidien, d’en renier notre appartenance.

D’un point de vue technique, son processus créatif passe, dans un premier temps, par la réalisation d’un croquis imageant un concept, une idée. Les couleurs et les lumières sont ensuite placées sur le dessin. S’en suit, d’une part, une phase de préparation scénographique comprenant la réalisation des décors, le choix des costumes et des accessoires ; et d’autre part la constitution d’une équipe comprenant modèles, coiffeurs, maquilleurs, assistants... 

La journée de shooting se déroule selon un planning précis et aboutit à la réalisation de l’image prévue selon le croquis, ainsi que d’images alternatives. Il n’y aucun recours à des images de synthèse.

Harold Hermann aspire à un art photographique tourné vers une esthétique pure aussi séduisante que déconcertante qui retranscrit l’ambiguïté de l’esprit. 

In fine, ses tableaux constituent l’aboutissement de son processus réflexif, transfiguré par la mise en scène symboliste, au moyen de la technique photographique.

Consulter le portfolio

Consulter le catalogue 

 

 Voir les projets

Partager cette page :